National Aluminum Bank | Rebecca Marino’s dream journey ends

Rebecca Marino a connu un parcours plus qu’inattendu à Montréal, cette semaine. Il aura pris fin au troisième tour, en deux manches de 6-1 et 6-3, contre la favorite du tournoi, Aryna Sabalenka, sur le court central du stade IGA.




Frédérick Duchesneau

Frédérick Duchesneau
La Presse

En théorie, les deux joueuses n’étaient pas sur la même planète : Marino, 30 ans, est 220e mondiale (38e, il y a dix ans) ; Sabalenka, 23 ans, est 3e. Demi-finaliste à Wimbledon, cette dernière compte deux titres cette année, dix en carrière. Marino n’a aucun titre WTA, mais a décroché le mois dernier son 12e sur le circuit ITF (niveau inférieur).

La Biélorusse est une véritable machine au service : 1re de la WTA pour les as, 6e pour la proportion de points gagnés au service.

Et elle a présenté à Marino — qui ne l’avait jamais affrontée — une démonstration très hâtive de cette puissance.

Après avoir remporté les huit premiers points du duel, Sabalenka s’est sortie d’impasse au troisième jeu en enregistrant notamment deux as alors qu’elle tirait de l’arrière 0-40.

Elle a produit quatre as dans cette première manche. Même sa deuxième balle est lourde.

La Canadienne a réussi à placer quelques superbes retours de service — étant même applaudie par sa rivale après l’un d’eux — mais ces bons moments ont été beaucoup trop rares. Elle n’a remporté que 15 des 45 points et subi une manche de 6-1 en 27 petites minutes, abandonnée par sa première balle de service.

See also  The Grand Prix promoter in Saudi Arabia talks to the pilots

Les deux victoires de Marino cette semaine — contre Madison Keys et Paula Badosa — étaient seulement ses troisième et quatrième à vie contre des top 50. Il s’agissait de son premier match en dix ans contre une top 10.

Aryna Sabalenka n’a pas perdu contre une joueuse hors du top 200 depuis juin 2019.

Sabalenka n’est pas Badosa

Rebecca Marino avait entrepris son match de la même façon contre Paula Badosa au tour précédent. Et, une fois de plus, elle a nettement mieux entamé sa deuxième manche contre Sabalenka.

Après six parties gagnées au service, on était à 3-3. Dans un match rapide, dépourvu de très longs échanges.

Puis, la Biélorusse s’est retrouvée avec une triple balle de bris, qu’elle a concrétisée à la dernière occasion.

À 4-3, deuxième manche, en retard d’un bris contre une telle serveuse, le mandat était très complexe pour la Canadienne.

Et la favorite a fermé les livres sur le service de son adversaire, 6-3.

« J’avais regardé son match hier [mercredi] Against Padusa and I saw that she is playing very well and she is in good shape, so I prepared for a tough match. I’ve been focused from start to finish and I’m very happy with this win,” the winner answered in the post-match interview on the field.

Rebecca Marino only won 20% of the points on Sabalenka’s first serve point and didn’t convert any of her five break points.

After a very tight second round against Sloane Stephens, 3NS So the world benefited from a less complicated match ahead of Friday’s quarter-finals.

See also  Spoil the capitals on Travis Zagac

But the Vancouver native surprised many this week, winning back-to-back main draw matches on the WTA Tour for the first time since 2018 in Quebec City.

We’ll see in the coming months how much these results will have an impact on the rest of his season.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *