A large influx of Ukrainian refugees to neighboring countries

(Paris) Des dizaines de milliers de réfugiés ukrainiens fuyant l’invasion de leur pays par la Russie de Vladimir Poutine ont afflué depuis jeudi dans des pays frontaliers, selon les autorités de ces pays d’accueil. Les ministres européens de l’Intérieur sont réunis en urgence dimanche pour organiser l’accueil des Ukrainiens et discuter de leur accorder une protection temporaire automatique.

Publié à 7h52
Mis à jour à 11h29

Quelque 368 000 réfugiés ont fui les combats en Ukraine depuis l’invasion russe déclenchée jeudi pour les pays voisins et leur nombre « continue à augmenter », ont indiqué dimanche les Nations unies.

Ce nombre « est basé sur les données mises à disposition par les autorités nationales », a souligné le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) dans un tweet.  

Pologne

Plus de 156 000 personnes venant d’Ukraine sont entrées en Pologne depuis le début jeudi de l’invasion russe de cette ex-république soviétique, ont annoncé dimanche les gardes-frontières polonais.

PHOTO KACPER PEMPEL, REUTERS

Des gens attendent des réfugiés ukrainiens dans un stationnement pour leur offrir du transport et de l’hébergement, le 26 février de Przemysl, en Pologne.

Pour la seule journée de samedi, les gardes-frontières ont précisé avoir recensé 77 300 personnes arrivées en Pologne en provenance d’Ukraine.  

La Pologne, qui abritait déjà environ 1,5 million d’Ukrainiens avant l’invasion russe et qui a exprimé son soutien indéfectible à l’Ukraine, a jusqu’à présent vu une grande partie de ceux qui fuient l’Ukraine entrer sur son territoire.  

Dans tout le pays, les gens s’organisent sur les réseaux sociaux, font des collectes d’argent, de médicaments, offrent des logements, des repas, du travail ou un transport gratuit pour les réfugiés.

See also  France | Thousands of people demonstrated against the health passport

Roumanie

Selon le porte-parole du gouvernement, 47 000 Ukrainiens au total sont entrés en Roumanie depuis jeudi. Parmi eux, 22 000 ont déjà quitté le pays, tandis que 25 000 sont restés en Roumanie.

PHOTO DANIEL MIHAILESCU, AGENCE FRANCE-PRESSE

Des réfugiés débarquent d’un traversier provenant de l’Ukraine qui les a menés en Roumanie, le 26 février au poste-frontière d’Isaccea-Orlivka.

Le poste-frontière le plus sollicité est celui de Siret (nord), suivi de Sighetul Marmatiei, également dans le Nord.  

Deux camps ont été mis en place, un à Sighetul, vide pour l’instant, et l’autre à Siret, dont la quarantaine d’occupants doit être transférée vers des centres d’accueil.

Hongrie

Selon la police hongroise, plus de 71 000 réfugiés sont arrivés dans le pays depuis jeudi.

Le pays compte cinq postes-frontières avec l’Ukraine et plusieurs villes frontalières, comme Zahony, ont aménagé des bâtiments publics en centre de secours, où des civils hongrois viennent proposer vivres ou assistance.

Les Européens discutent d’un statut de protection

« Nous devons regarder quel statut on peut confier à ces personnes qui fuient le territoire ukrainien dans des conditions extrêmement difficiles », a déclaré le ministre français Gérald Darmanin, dont le pays exerce la présidence du Conseil de l’UE, en arrivant à la réunion.

Il s’agit « d’abord » de les accueillir « le mieux possible en Pologne et dans les pays voisins, voir comment on peut les aider de façon humanitaire […] Then we see how, in Europe, we can provide them with this protection” provided under the 2001 directive, he noted.

This system, which was created in response to the conflict in the former Yugoslavia but was never used, provides for the granting of temporary protection in the event of a mass influx of displaced people, and measures for distributing among EU countries the effort to welcome these refugees.

See also  The Trump administration obtained phone records from journalists

Leave a Reply

Your email address will not be published.